Forces de la Cedeao en Guinée-Bissau

Le Non de la diaspora africaine

La déclaration du collectif des organisations contre l’envoi de la force militaire de la CEDEAO

La voix de la diaspora bissau-guinéenne
Nous, organisations de la diaspora de Guinée-Bissau en Europe, soutenues par nos congénères des autres pays africains de l’espace CEDEAO, avons l’honneur, au nom des manifestants ici présents, de vous adresser la présente demande d’annulation de la résolution prise par le sommet des Chefs d’Etats du 1er février 2022, portant l’envoi d’une force de stabilisation en Guinée-Bissau, sans l’aval de l’Assemblée Nationale de notre pays.
Quand bien même la résolution en question viendrait d’une sollicitation de l’actuel Président de la République de Guinée-Bissau, elle ne serait valide que si elle faisait objet débat sanctionné par un vote à l’Assemblée Nationale, conformément aux dispositions en la matière de notre constitution et notre histoire récente.
En effet, la première et dernière mission de stabilisation des forces de la CEDEAO en Guinée-Bissau qui dura de 2012 à 2020 avait été sollicitée par les autorités de l’époque, dont les termes ont été débattus et approuvés par l’Assemblée Nationale Populaire, suite à un Coup d’Etat. Le contexte de l’époque avait donc rendu légitime la mise en place de cette force et son autorité institutionnellement établie. Donc, sous contrôle et collaboration des instances constitutionnellement fonctionnelles de notre pays en dépit du putsch militaire : le Président de l’ANP avait remplacé le Président de la République qui était décédé, un accord avait été trouvé au sein de l’Assemblée Nationale qui resta en fonction et un gouvernement provisoire a été constitué par tous les partis politiques représentés en son sein, en vue d’assurer une transition politique permettant l’organisation de nouvelles élections.
Contrairement à la situation de 2012 ainsi exposée, nous constatons une répression et violation systématique de la constitution et des principes d’état de droit d’une manière générale, comme cela a toujours été dénoncé par la Ligue Nationale des droits de l’homme, les organisations de la société civile en général ainsi que par l’Observatoire de Genève, très récemment.
Monsieur le Président
Notre objectif n’est pas de nier une éventuelle existence d’une tentative de coup d’Etat le 1er février 2022. Nous ne disposons pas de services capables de procéder à des investigations destinées à confirmer ou infirmer les accusations de tentative de Coup d’Etat par Sissoco contre des citoyens. Néanmoins nous sommes au regret de constater que des pratiques répressives illégales et illégitimes des forces de sécurité du régime et sous instigation expresse de Umaru Sissoco, à travers des menaces qu’il ne cesse de proférer contre quiconque est amené à donner son point de vue, soit-il député, dirigeant de l’opposition, journaliste ou simple citoyen honnête sont une constante depuis le 27 février 2020.

En effet, les faits sont têtus quant à la régularité de la répression depuis que Umaru Sissoco a pris le pouvoir :
✓ L’expulsion des Forces de la CEDEAO un mois avant la fin de sa mission
✓ Invasion de la résidence du Premier Ministre de l’époque par des militaires
✓ La démission illégale du gouvernement issu des élections législatives de 2019 et son remplacement par la force des armes à travers l’occupation militaires de toutes les institutions de l’Etat y compris la Cour Suprême de Justice.
✓ L’emprisonnement injustifié et arbitraire de plusieurs dirigeants du PAIGC en 2020 :
✓ Armando Correia DIAS, membre du Comité Central du PAIGC
✓ Le Kidnapping et torture de Marceano INDI, député à l’ANP et au parlement de la CEDEAO en 2020
✓ L’emprisonnement arbitraire de l’ex Secrétaire d’Etat au trésor, membre du Bureau Politique du PAIGC, Monsieur Suleimane SEIDI
✓ L’emprisonnement arbitraire de Bacai, ex Secrétaire d’Etat des Communautés guinéennes, membre du Comité Central du PAIGC 2020.
✓ L’attaque armée de la ‘Radio Capital FM’, proche de l’opposition et sa destruction quasi complète en 2021
✓ Le kidnapping et passage à tabac, actes de torture du journaliste et blogueur Aly SILVA en 2021
Quelques jours après les évènements très obscurs du 1er février 2022 :
• Nouvelle attaque contre la ‘Radio Capital FM’, et sa destruction.

Excellence Monsieur le Président
Plusieurs journalistes ont été blessés par des hommes en armes , cagoulés et qui ont détruit par balles, tous les dispositifs de préparation et de diffusion de programmes de radio-diffusion-2022
Attaque par balles contre des résidences des 2 commentateurs les plus importants de la radio capital: Rui Landim et Luis Vaz Martins quelques heures avant l’attaque à cette station radiophonique ,2022.
Toutes ces attaques ont été accompagnées par des instructions fallacieuses de dossiers judiciaires au parquet comme des responsables de l’oppositions et que se sont avéré être de véritables montages politiques commandité par Cissoco luimême.
Rappelons le cas des dossiers contre Aristides GOMES, Domingos Simoes PEREIRA, Armado Correia DIAS, Suleimane SEIDI, Bacai, entre autres.
Des militaires armés jusqu’aux dents procédant jusqu’aujourd’hui à des fouilles sans mandats judiciaires à partir de 23 heures chez des particuliers.
Le président fait recours à des décrets successifs d’instauration de l’Etat d’urgence sous prétexte de la pandémie covid-19 pour bloquer les activités politiques des opposants à une période où les mesures restrictives sont levées dans le monde entier.
Face au tableau si sinistre de l’actuelle situation de la Guinée-Bissau, des questions fondamentales s’imposent :
Pourquoi tant de répression des opposants?
Pourquoi le régime de Umaru Sissoco s’obstine-t-il à vouloir tout régler par la voie de la force ne s’employant pas à des exercices simples de dialogue avec et au sein des institutions pour éviter des souffrances inutiles à la société civile?
Pourquoi privilégier des répressions à des négociations avec des syndicats par exemples en vue d’une reprise du fonctionnement normal de l’école publique, paralyser depuis son accession au pouvoir en février 2020 ?
Pourquoi ne pas faire de même pour une véritable reprise du système national de santé ?
En réalité, Sissoco ne saurait devenir un chef de ‘Etat capable de placer l’esprit du dialogue au cœur de son action tout simplement parce qu’il est tenu à des démarches informelles et clandestines pour satisfaire ses amis extérieurs avec lesquels il a passé des accords mafieux. A titre d’exemple, Sissoco ne pouvait pas traiter de manière legale le dossier de l’exploration conjointe du pétrole entre la Guinée-Bissau et le Sénégal en ce sens que le Président Macky Sall n’aurait point trouvé son compte si le dossier devait être aux yeux de tout le monde.
Ceci est d’autant plus vrai que nombre de personnalités de haut niveau, selon de nombreuses sources, auraient contribué, au financement du processus qui a amené Monsieur Sissoco au pouvoir. Il n’est pas à exclure de cette liste certainement Les Présidents Macky Sall, Buhari et Sassou Nguesso. Seuls des accords tordus, donc clandestins, pourraient permettre àces personnalités une exploitation à leur avantage, de la zone commune Guinee-Bissau-Senegal puisque L’Assemblée Nationale a été exclue de ces pourparlers. .
La gestion opaque de ces ressources naturelles de notre pays explique pourquoi Monsieur Sissoco doit agir dans la violence. La gouvernance politico-économique de notre pays par Monsieur Cissoco prend une connotation de plus en plus mafieuse. C’est en réaction de cette logique que son Premier Ministre et l’Asemblee Nationale Pooulaire ont du réagir dans l’affaire des accords signés clandestinement avec Macky Sall concernant l’exploitation du pétrole dans la zone conjointe Guinée-Bissau – Sénégal.
Rappelons que l’Assemblee Nationale Populaire de la Guinée-Bissau a dû délibérer à ce propos par un vote quasi-unanime, 70 pour et 2 abstentions, tous les groupes parlementaires confondus, contre les dits accords, donc pour leur annulation.
Cette décision a été ccommuniquée à Assemblée Nationale du Sénégal, aux Nations unies et à l’Union Africaine (prenant ces deux dernières à témoin).
N’est-ce pas pour ces raisons que Sissoco serait intéressé à faire venir les Forces de la CEDEAO pour sa défense ? Les Forces de la CEDEAO qui seraient, comme par enchantement, constituées de contingents sénégalais et nigerians, comme pour s’assurer des intérêts bien compris de certaines personnalités ou États contre ceux de la Guinée Bissau et son peuple? Ne serait-il pas pertinent, à ce propos, de souligner que Sissoco avait expulsé les Forces de la CEDEAO en février 2020 lorsqu’il a obtenu l’accord de l’armée nationale pour s’autoproclamer président de la république alors qu’un litige électoral n’était pas encore vidé à la Cour Suprême ?
En réalité Sissoco est encouragé cette fois-ci à faire venir les forces de la CEDEAO surtout sachant que seulement deux pays africains seraient les plus intéressés à mobiliser leurs troupes pour une telle mission à savoir le Sénégal et le Nigéria, l’objectif étant de reproduire la même situation qui prévaut en Gambie. D’ailleurs c’était déjà le plan de Messieurs Macky SALL et Buhari dès 2020 visant l’installation de Sissoco malgré le litige électoral à la Cour Suprême de Guinée-Bissau.

Excellence Monsieur Le Président, c’est pour toutes ces raisons que la diaspora de notre pays, soutenue par celle des autres pays de la CEDEAO, vous demande de ne pas faire venir les forces de notre institution commune mais de plutôt encourager le dialogue entre les forces politiques et sociales de notre pays pour qu’ensemble, nous trouvions des solutions idoines qui sont toujours préférables à des conflits ou autres interventions militaires. L’histoire vous regarde et nous espérons que vous entendrez nos voix, celles de l’entente et de la paix.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :